Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 Oct

Santa Elina, que reste-t-il de mes amours ?

Publié par Jean  - Catégories :  #Art rupestre

                 Santa Elina 2010 4 Serra das Araras

 

Me voici de nouveau pour un certain temps à Paris pour faire un point sur la mission précédente : classer des milliers de clichés et monter tant bien que mal un film sur la piste des grottes ornées d'Amazonie. Beaucoup de travail qu'il me faut partager avec d'autres occupations destinées à assurer l'alimentaire et réunir quelques moyens pour les prochaines missions. Dès l'aube, tri de clichés, comparaison des photos anciennes avec des images plus récentes pour évaluer les dégradations survenues sur les abris, puis une journée de petits boulots de bricolages pour financer le quotidien et le soir, à nouveau le travail de montage du film jusqu'à la nuit. Des journées bien chargées...

La comparaison des clichés laborieuse et minutieuse révèle une rapide dégradation des peintures et des gravures. A ce rythme l'art rupestre est menacé de disparition à court terme. Santa Elina n'est pas épargné, la roche s'écaille et ses peintures s'estompent. Les termites on tracé des sillons sur le personnage principal.

Santa Elina 2010 1 

 

Je n'étais pas retourné sur cet abri depuis que je l'avais livré à l'équipe franco-brésilienne qui s'est chargé des fouilles durant 10 ans et l'envie de le revoir me brûlait les tripes.

Le propriétaire de la fazenda sur laquelle se trouve cet abri met son 4X4 à disposition. Pour accéder aux peintures, il faut traverser des prairies et longer des forêts sur des sentiers étroits qui ne sont pas praticables avec un véhicule commun. Deux péons nous accompagnent. Le dernière partie du chemin se fait à pied, on traverse une prairie aux herbes hautes, puis on pénètre dans le sous-bois sur une centaine de mètres pour aboutir au pied d'une falaise. C'est là que l'on peut apercevoir les premiers motifs peints. Un grand personnage entouré d'animaux . Le long d'une corniche surplombante, d'autres motifs, des cervidés et des oiseaux. Santa Elina 2010 2Au niveau du sol un énorme rocher en face de la falaise forme une sorte de couloir. Côté falaise des dessins représentant des singes, des tapirs et d'autres dessins ornent la paroi. Les fouilles ont creusé le niveau du sol sur plusieurs mètres de hauteur, des bâches recouvrent encore les vestiges et des fils tendus d'un bout à l'autre du site sont les seuls vestiges du chantier désormais terminé.

Je suis ému car je me revois encore arriver ici il y a 25 ans déjà. Nous étions un dimanche et j'étais accompagné des personnes qui travaillaient jadis à la ferme. Tous étaient curieux de voir ces peintures préhistoriques dont je leur avais tant parlé, tenant l'information d'un vieux chasseur qui m'avait mis sur la piste. Les éléments que je possédais étaient maigres, mais la chance m'avait souri. Nous étions restés tout un après midi à détailler les motifs, criant de joie à chaque nouvelle trouvaille.Vingt-cinq ans après, les Santa Elina 2010 3mêmes cris d'émerveillement des deux jeunes péons qui m'accompagnaient. Chaque nouveau motif identifié les ravissait d'enthousiasme et leur curiosité était sans limite, ils m'assaillaient de questions.

Santa Elina avait subi une une fouille en règle avec une datation officielle qui surprend par son ancienneté

Il y a 25 000 ans des hommes et des femmes vivaient ici. Si une machine à remonter le temps pouvait me ramener à cette lointaine époque, j'aurais volontiers fait le voyage pour regarder vivre ces premiers habitants du Mato Grosso, peut-être même me serais-je trouvé face à face avec un paresseux géant,. Hélas! la machine à remonter le temps n'existe pas encore et seule ma montre qui égrène le temps qui passe, celui qui nous conduit vers le futur.

Le moment était venu de quitter cet abri, toujours avec beaucoup de « saudade ».

 

Santa Elina 2010 5

Commenter cet article

À propos

Jean Périé. Diplômé de Préhistoire à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes. Une vie sur la piste des grottes ornées d'Amazonie, au Mato Grosso,(Brésil). Un inventaire des paysages et de l'Art rupestre témoins d'une occupation vieille de plus de 20 000 ans.