Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
03 Jul

Dom Aquino, Abrigo do Gigante

Publié par Jean  - Catégories :  #aventure

 

Nouvelle découverte d'un abri orné

 

Je me souviens de cette fin de journée orageuse avec mes pisteurs, nous recherchions une petite caverne qui selon mes informations était ornée de gravures. La végétation, l'imminence de la pluie et la tombée de la nuit ne facilitaient pas notre prospection, mais l'espoir de la découvrir nous animait encore. A l'évidence, nos recherches devaient prendre fin. Déjà nous rebroussions chemin, lorsqu'à la lumière de ma torche, je repère une cavité ornée de gravures. Mo do BauL'abri était là devant nous, sombre comme la nuit qui maintenant enveloppait tout. Les chauve-souris qui décampaient à notre approche nous frôlaient le visage du bout de leurs ailes. La lumière de ma torche était aussi épuisée que moi. Je ne discernais que des traits taillés dans la roche sans distinguer de véritables motifs. Mais cela ne faisait aucun doute, j'étais bien sur un abri et les gravures préhistoriques qui l'ornaient témoignaient bel et bien de son occupation aux temps les plus anciens. Je crus voir un personnage gravé presque aussi grand que moi. Mes pisteurs inquiets me pressaient pour que nous quittions cette petite grotte au plus vite. Le temps se gâtait, la nuit bien trop avancée rendait l'endroit dangereux, car la région était le repère de nombreux jaguars attirés par les troupeaux de zébus. Toujours le même refrain: la nuit, les jaguars, la pluie me privaient des plus belles découvertes. Je devais me résoudre une fois de plus à quitter cet abri sans pouvoir prendre de bonnes photos.

Des années s'écouleront d'ailleurs sans que l'occasion me soit donnée de retrouver cet abri.

Nous sommes en juin 2010, la saison est sèche, le moment est propice et les conditions sont réunies pour engager une nouvelle exploration. Une grande partie de la forêt et l'ouverture de nouveaux paturâges devraient faciliter ma nouvelle prospection.

Tôt le matin, je m'engage seul dans un pâturage qui semble désert. L'absence de troupeaux permet une approche plus rapide et plus facile. Par prudence, je reste en contact radio avec le chauffeur qui m'a laissé à l'entrée de la fazenda et qui attend mon retour dans la cabine surchauffée d'un 4X4 à l'ombre d'un arbre.

Le peu d'humidité dans l'air à cette saison rend les rayons du soleil brûlants. Après une demi-heure de marche sous une canicule de plomb je reçois un message radio.

« Alo Jian! alo Jian! »

« Ok! Ok!

« Jian, le fermier veut parler avec toi »

« Ok! J'écoute. »

« Jian, où es-tu exactement ?

« Je viens de franchir une clôture, juste à l'entrée du bois. »

« Ne bouge pas! Je viens tout de suite à ta rencontre! Des buffles sauvages traînent dans ce secteur!

Jean et Peon

Au loin, je distinge un cavalier accompagné de ses deux chiens venant dans ma direction.

Il m'explique que des buffles avaient été introduits dans la région, qu'ils ont été depuis retirés et amenés dans d'autres fermes sauf quelques bêtes redevenues sauvages, extrêmement dangereuses et qui n'ont pas pu à ce-jour être capturées. Mieux valait ne pas les croiser.

Nous nous engageons ensemble dans la zone dangereuse et pénétrons rapidement dans un sous-bois magnifiquement fleuri d'orchidées.

Grâce à mes coordonnées GPS, je retrouve facilement la grotte de « Cabeceira Verde » également ornée de gravures et que je nous revisitons au passage en prenant garde de ne pas irriter les abeilles dont les essaims pendent sous la voûte au-dessus de nos têtes. Je fais quelques photos mais Marquinho le fermier semble préoccupé par un bruit qui vient des galeries supérieures.

«  Un jaguar se promène dans la grotte » me dit-il à voix basse.

Je termine mes photos et nous filons à la recherche de l'autre caverne. Mon GPS m'aide à mieux localiser la mystérieuse caverne. Marquinho qui connaît et aime sa région dans ses moindres détails est heureux et fier de la découvrir sur ses terres. Lorsque je lui montre les gravures préhistoriques, il est étonné et veut en savoir plus. Son enthousiasme fait plaisir!

Sao Pedro 1

Je repère aussitôt le personnage principal avec sa tête flanquée de petits bras et une ligne qui trace le corps. La gravure est géante comparée à celles que l'on trouve généralement dans la majorité des abris ornés. Marquinho s'attarde avec moi passionné par cette découverte.

Notre discussion se poursuit sur le chemin du retour. Soudain, il attire mon attention sur des troncs d'arbres où les buffles se sont grattés. Plus loin, des souilles où les bêtes viennent se vautrer dans la boue. Il est temps de rentrer...

Commenter cet article
A
<br /> Si je suis le premier à te laisser un commentaire, Jean, outre le fait de vouloir vous féliciter, vous soutenir et vous encourager toi, Chantal et votre petite équipe, c'est que je vous accompagne<br /> intuitivement par pensée de ce côté-ci de l'Atlantique, et que je ne sais pas pourquoi j'ai programmé sur mon propre blog depuis quelques temps une série d'articles concernant ma peinture, dont le<br /> dernier fait référence à une toile que j'avais intitulée "L'abri près du torrent", que tu as peut-être déjà vue avant que je ne la vende, et dont certains éléments (faut voir les détails)<br /> ressemblent étrangement à des éléments de ta photo (en particulier le "quadrillage" à gauche sous le personnage principal) !<br /> Il me semble pourtant que je n'avais jamais vu ce type de gravure (de ta photo) avant que je réalise ma toile vers la fin des années quatre-vingt : - serait-ce la même mémoire enfouie d'une quête<br /> universelle qui guiderait nos pas à travers le temps et l'espace (de façon différente mais obéissant aux mêmes forces mystérieuses) en nous conservant depuis l'enfance dans la richesse de l'amitié<br /> ?<br /> Que cette question vous aide dans l'enthousiasme à continuer vos fascinantes découvertes, que la puissance des pensées positives de tous vos amis qui de loin vous accompagnent vous aident à<br /> avancer, et que ton énorme travail Jean, soit enfin vraiment récompensé !<br /> Là-dessus je pars dans les Gorges du Tarn animer de façon plus prosaïque une rencontre entre l'art de l'aquarelle et l'un des plus beaux phénomènes géologiques que le creusement du canyon dans les<br /> Grands Causses a bien voulu laisser aux paysages inoubliables de notre enfance ...<br /> ... Et je reste aussi avec vous, par la pensée et l'amitié,<br /> Alain MARC<br /> <br /> <br />
Répondre

À propos

Jean Périé. Diplômé de Préhistoire à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes. Une vie sur la piste des grottes ornées d'Amazonie, au Mato Grosso,(Brésil). Un inventaire des paysages et de l'Art rupestre témoins d'une occupation vieille de plus de 20 000 ans.