Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 May

Le forgeron et les chatons cosmonautes

Publié par Jean  - Catégories :  #personnage

... Mes souvenirs de campagne sont inépuisables :si riches et enracinés dans le passé tant révolu des battages à l'ancienne, des traditions que j'ai presque le sentiment d'avoir vécu au siècle dernier. Nous avons eu une enfance heureuse. Nos jeux se passaient en plein air. La basse-cour, fournissait des cobayes tout désignés. L'enclos des porcs servait d'arène, les cochons de taureaux, on endormait les poules, courait après les canards. Chez Alain, à l’écart du village, sa maison en pleine campagne était un lieu idéal de découvertes et d’expériences en tous genres. C’était l’époque où l’homme rêvait d’aller dans l’espace et nous participions déjà  malgré notre jeune âge à ce rêve. On expédiait des chats sur la lune dans un vieux pot de chambre qui servait de capsule spatiale. La difficulté‚ était de capturer les chats qui nous fuyaient légitimement. Quand des châtons naissaient, nos expériences reprenaient...  Bien avant d'apprendre à lire, nous savions dénicher les oeufs de pie et explorer les grottes de la région à la lueur de trognons de bougie qui nous brûlaient les doigts.
Dans un hangar fermé par une simple bâche, un homme ne prétait pas attention à nos jeux. Penché sur sa forge, le visage rougi par le feu, il retirait avec une longue pince la barre de fer portée à blanc, la transportait sur une enclume et la martelait avec vigeur et conviction. Chaque coup était parfaitement ajusté . Le marteau rebondissait sur l’enclume deux à trois fois, tandis que l’oeil examinait la pièce et de nouvelles cognées forgeait le fer, le sculptait, repoussait le métal dans des formes brusquement humaines, puis la pièce replongeait dans le brasier, soigneusement enfoncée dans le charbon brûlant. Peu à peu une œuvre d’art prenait corps. De notre côté, les châtons participaient à la conquête de l’espace sous le bruit incessant des coups de marteau.

Ce sculpteur, dont le talent nous fascinait, c’était Jean Marc, le papa d’Alain. Alain Marc, vous l’aviez compris.

Jean Marc nous a quitté à la fin de la semaine derrière.
Mon hommage à un artiste que nous avons vu naître et qui nous a vu grandir dans la cour de sa maison, une enfance heureuse…
  

Commenter cet article
A
C'est un grand regret de ne pas avoir eu l'occasion de connaitre le défunt Jean-Marc.Cependant c'est une consolation d'avoir Alain-Marc qui nous fait vibrer sur tant de sujets artistiques et humains.Et comme on dit chez nous:<br /> "-D'où pourait elle provenire cette branche??<br /> -De cet arbre!!Répond le sage."<br /> Je souhaite que vous lisiez le livre d'Elisabeth Kübler-Cross intitulé ;"LA MORT;DERNIERE ETAPE DE LA CROISSANCE",(editions du Rocher).
Répondre
O
C'est un hommage plein de tendresse que tu nous donnes à lire. J'ai eu la chance de rencontrer Jean Marc. La sagesse et l'humanisme ajoutées à ses talents d'artiste font de lui un personnage qu'on n'oubliera pas.
Répondre
J
<br /> Un hommage bien mérité, pour un grand artiste.<br /> <br /> <br />

À propos

Jean Périé. Diplômé de Préhistoire à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes. Une vie sur la piste des grottes ornées d'Amazonie, au Mato Grosso,(Brésil). Un inventaire des paysages et de l'Art rupestre témoins d'une occupation vieille de plus de 20 000 ans.